Des créanciers garantis renforcés après l’importante reforme du droit des suretés et des procédures collectives du 15 septembre 2021, octobre 2021

 

Les ordonnances n°2021-1192 et 2021-1193 du 15 septembre 2021 portant respectivement réforme du droit des sûretés et modification du livre VI du Code de commerce, font aboutir trois volets de la loi PACTE du 22 mai 2019[1] : moderniser le droit des sûretés[2], en améliorer l’articulation avec le droit des procédures collectives[3] et transposer la directive (UE) 2019/1023 du 20 juin 2019[4] dite « restructuration et insolvabilité[5] ». Pour des raisons pratiques, ces deux derniers volets ont été unifiés au sein de la même ordonnance.

L’objectif de la révision du droit des sûretés et de l’articulation des sûretés avec les procédures collectives était de simplifier le droit des sûretés dans un souci de modernisation et de meilleure lisibilité, de renforcer la sécurité juridique et l’efficacité des sûretés tout en préservant l’équilibre entre les intérêts en présence, notamment dans le cadre d’une procédure collective, et ainsi concourir à une meilleure attractivité du droit français.

La transposition de la directive Restructuration et Insolvabilité introduit en droit français les règles fixées par la directive en effectuant des choix parmi les options offertes. L’objectif de la directive est d’accroître l’efficacité des procédures préventives et d’insolvabilité, de faciliter le recours aux procédures préventives et d’améliorer la situation des créanciers, plus particulièrement de ceux qui bénéficient de sûretés.

Grâce à la conduite simultanée de ces réformes, la loi PACTE a ouvert la voie à une œuvre sans précédent de cohérence et d’efficacité dans la situation des créanciers garantis en France. Ces travaux ont été éclairés par de larges consultations de place[6] et la transposition de la directive Restructuration et Insolvabilité a en outre été conduite dans le cadre d’une coopération étroite entre la France et de l’Allemagne[7]. Il en ressort une réforme phare[8], qui refonde de façon significative, la situation des créanciers bénéficiant de sûretés à toutes les étapes de la vie d’une sûreté.

L’ordonnance 2021-1192 relative aux sûretés n’entrera en vigueur qu’au 1er janvier 2022, de façon à laisser aux parties le temps de modifier leurs modèles de conventions. L’ordonnance 2021-1193 modifiant le droit des procédures collectives entre, quant à elle, en vigueur dès le 1er octobre 2021, conformément au calendrier imposé par la directive, sous réserve de certaines dispositions liées aux sûretés dont l’effet est reporté à la date d’entrée en vigueur de la réforme des sûretés. Dans les deux cas, les dispositions nouvelles n’auront pas d’effet rétroactif.

Nous présentons ici les changements clés apportés au droit des sûretés et au traitement des créanciers garantis dans les procédures collectives, dont la combinaison renforce de façon importante la position des prêteurs garantis et refond les équilibres des intérêts en présence.

[…]

 

Vous pourrez aussi être intéressé par la synthèse comparative du livre VI du Code de Commerce issue des deux ordonnances de notre pôle Restructuring >> https://www.jeantet.fr/synthese-comparative-de-la-reforme-du-livre-vi-du-code-de-commerce-issue-de-lordonnance-n2021-1193-du-15-septembre-2021-et-du-decret-n2021-1218-du-23-septembre-2021/

[1] Loi n°2019-486 du 22 mai 2019 relative à la croissance et la transformation des entreprises.

[2] Article 60.1 à 60.13 : le contenu de la réforme a été éclairé par des propositions du groupe de travail dirigé par le professeur Michel Grimaldi sous l’égide de l’association Henri Capitant en septembre 2017.

[3] Article 60.14.

[4] Article 196.

[5] Directive (UE) 2019/1023 du 20 juin 2019 relative aux cadres de restructuration préventive, à la remise de dettes et aux déchéances, et aux mesures à prendre pour augmenter l’efficacité des procédures en matière de restructuration, d’insolvabilité et de remise de dettes, et modifiant la directive (UE) 2017/1132 (directive sur la restructuration et l’insolvabilité).

[6] La consultation sur l’avant-projet de réforme du droit des sûretés s’est tenue du 18 décembre 2020 au 31 janvier 2021 et celle portant sur la réforme du droit des procédures collectives du 04 janvier 2021 au 15 février 2021.

[7] Il s’agit d’un engagement mutuel à se coordonner sur la transposition du droit européen et à rapprocher leur législation relative au droit des affaires découlant du traité d’intégration et de coopération franco-allemand du 22 janvier 2019.

[8] Des améliorations de forme mettent le langage du droit des sûretés en phase avec les attentes des acteurs économiques du monde d’aujourd’hui.

Nos dernières publications

Global Legal Insights – Energy 2023, Chapter France, 2023

Overview of the current energy mix, and the place in the market of different energy sources. The French government is facing crucial decisions about its future energy mix due to climate change and the war in Ukraine. France benefits shistorically from decarbonised electricity based on nuclear power, but is now accelerating to set up and […]

Paris | ÉNERGIE

+

Indexation des loyers commerciaux : les sables mouvants ! – Business Immo, novembre 2022

Après une actualité jurisprudentielle fournie au cours des dernières années sur la validité des clauses d’échelle mobile limitant la variation indiciaire du loyer du bail commercial, c’est au tour du gouvernement et du législateur d’intervenir successivement pour contraindre l’indice des loyers commerciaux (ILC). Ainsi, par deux mesures à quelques mois d’intervalle, l’évolution indiciaire des loyers […]

Paris | IMMOBILIER

+

Comment réduire vos impôts d’ici le 31 décembre : 10 astuces simples et efficaces – L’Opinion, 18/11/2022

La fin d’année approchant à grands pas, il est encore temps de réduire votre facture fiscale. En effet, certaines opérations, effectuées avant le 31 décembre de cette année peuvent vous permettre de réduire le montant de votre impôt sur le revenu ou d’IFI au titre de l’année 2022. Prenez garde toutefois à ne pas vous […]

Paris | FISCAL

+

DSP2 : les nouveaux contours des notions de « reseau limite d’accepteurs » et d’« éventail limite de biens et services » – Option finance, 31/10/2022

L’ACPR s’était déclarée partiellement conforme le 20 juillet 2022 aux Orientations de l’Autorité bancaire européenne (ABE) concernant l’exclusion relative aux « réseaux limités » au titre de la DSP2 publiées le 24 février 2022 (EBA/GL/2022/02). Qu’en est-il en pratique ? Retrouvez l’analyse juridique et les réponses de Delphine Baudouin, Counsel au sein du département banque finance de Jeantet pour Option […]

Paris | BANQUE – FINANCE – REGULATORY

+

A quoi rime la nouvelle mise en garde de l’AMF contre des financements prisés par les start up françaises ? Finascope, 08/11/2022

Chronique juridique de notre associé Frank Martin-Laprade. Le 13 octobre 2022, et pour la troisième fois en deux ans, l’AMF a publié une mise en garde à l’encontre de certains types de « financements dilutifs » qu’elle désigne désormais par la formule globale « d’OCABSA ou d’equity lines », alors qu’il s’agit potentiellement de deux choses différentes, comme elle semblait d’ailleurs l’avoir initialement bien compris, puisque son premier communiqué […]

Paris | BANQUE – FINANCE – REGULATORY

+

Investissements étrangers en France (IEF)

Bercy a publié pour la première fois des lignes directrices relatives au contrôle des investissements étrangers en France. Stephen Walters, Associé et Victoria Régis, Counsel ont rédigé une note présentant la réglementation applicable en France en la matière et reprenant certains des points clés qui ressortent de ces lignes directrices. Cliquez ici pour la lire

Paris

+

Transposition de la directive européenne Insolvency : Un rééquilibrage entre les entreprises en difficulté et leurs créanciers – La Jaune & La Rouge, Octobre 2022

Laïd Estelle Laurent et Bertrand Biette, avocats associés, reviennent sur les évolutions législatives apportées par la transposition de la directive européenne Insolvency dans le droit français. Ils nous en disent notamment plus sur la place plus importante accordée aux créanciers dans le cadre de l’élaboration et de la négociation des plans de redressement et de […]

Paris | RESTRUCTURING – DROIT DES ENTREPRISES EN DIFFICULTÉ

+

Chronique: Un an de jurisprudence en matière d’énergies renouvelables – Energie-Environnement-Infrastructures, 01/10/2022

La présente chronique présente, de manière non exhaustive, les décisions marquantes sur la période de septembre 2021àaoût 2022endroitdesénergies renouvelables–plusspécifiquement enmatièr d’énergie éolienne, et photovoltaïque, ainsi que dans une moindre mesure, en matière d’énergie hydraulique et issue de la méthanisation. L’année 2021 et le début 2022 ont notamment été marqués par un nombre substantiel de décisions […]

Paris | ÉNERGIES RENOUVELABLES – ENR

+

Une belle opportunité pour le nouveau président de l’AMF ? – Option Finance, 19/09/2022

Le futur président de l’autorité des marchés financiers (AMF) saura-t-il saisir l’occasion fournie par un nouveau mandat à la tête du régulateur boursier pour (enfin) tourner la page de l’ancienne commission des opérations de bourse (COB) et se mettre à l’heure – européenne – du règlement « abus de marché » (MAR) ?

Paris | BANQUE – FINANCE – REGULATORY

+

Affaire Elliott : un dernier tour de piste pour le manquement d’entrave – Bulletin Joly Bourse, 01/07/2022

Huit mois après avoir entendu les parties lors de l’audience de plaidoiries, la cour d’appel de Paris a finalement rendu son arrêt le 24 mars 2022, à la suite du recours introduit par les sociétés Elliott Advisors (UK) Limited et Elliott Capital Advisors à l’encontre de la décision de la commission des sanctions de l’AMF […]

Paris | RÉGLEMENTATION BANCAIRE ET RÉGULATION FINANCIÈRE

+

Quand une ancienne obligation règlementaire se transforme en simple recommandation pédagogique -Finascope, 19/07/2022

Pas facile de refermer la parenthèse durant laquelle le respect du mantra relatif à l’information exacte, précise et sincère du public s’imposait systématiquement aux sociétés cotées, sous peine de lourdes amendes, tandis qu’il ne s’agit plus aujourd’hui que d’une invitation à ne pas se précipiter pour communiquer au marché des informations qui seraient incomplètes ou […]

Paris | DROIT DES SOCIÉTÉS COTÉES ET MARCHÉS DE CAPITAUX

+