menu
retour

Newsletters

Alerte de l’AMF et de l’ACPR à destination des épargnants

Martine Samuelian , Olivier Lyon Lynch

Dans un communiqué du 26 mars 2020, l’Autorité des marchés financiers (AMF) et l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) mettent en garde les épargnants contre les risques d’arnaques dans le contexte de l’épidémie du coronavirus (Covid-19)[1].

Ce communiqué commun précise que « dans le cadre de leurs missions respectives de protection de l’épargne et des clients des secteurs de la banque et de l’assurance, appellent le public à la plus grande vigilance face au risque d’escroqueries dans le contexte de l’épidémie de covid‑19 et de repli des marchés financiers ».

En effet, les régulateurs rappellent que les escroqueries peuvent prendre différentes formes « par exemple des propositions de placements présentés comme une valeur refuge au travers de biens tangibles (tels que l’or, les métaux précieux, les grands crus ou whiskys, etc.), de faux produits bancaires ou d’assurance cumulant des caractéristiques très attractives (rendement élevé et absence de risque, rapidité de souscription et absence de vérification du profil de l’emprunteur, etc.), d’appels frauduleux aux dons ou encore d’investissements dans des entreprises, cotées en bourse ou non, supposées tirer profit de l’épidémie et voir leur valorisation augmenter ».

L’AMF et l’ACPR constatent notamment, de la part des fraudeurs, l’utilisation de mots-clés liés au COVID-19 à partir desquels ils tiennent alors des discours mensongers, jouant sur des ressorts tels que la peur de la crise sanitaire à laquelle la France fait face.

Dans ce contexte, les régulateurs rappellent les règles de vigilance à observer avant la réalisation de tout investissement ou souscription, et principalement celle de ne jamais communiquer ses coordonnées bancaires et/ou autres données personnelles en ligne sur Internet ou par courriel.

Le risque d’arnaques financières ne résulte évidemment pas de l’épidémie liée au Covid 19 et l’AMF met régulièrement en garde les investisseurs comme le soulignait son président, Robert Ophèle, en septembre 2019 dans « La lettre de l’observatoire de l’épargne de l’AMF » en indiquant « Les équipes de l’AMF s’investissent au quotidien pour détecter les éventuelles offres suspectes ou non autorisées, et alerter le public […]. Cependant, le meilleur rempart face aux arnaques reste la vigilance de l’épargnant. Elle est incontournable. Le premier des réflexes de prudence est simple : ne jamais oublier que le placement miracle n’existe pas et qu’il n’y a pas rendement élevé sans risque élevé » .

Toutefois, il est certain que le risque s’accroît dans un contexte de crise sanitaire et d’incertitude quant à l’avenir puisqu’en ces temps de confinements, deux facteurs rendent les escroqueries plus propices qu’à l’accoutumée.

En premier lieu, les français surfent massivement sur internet, multipliant, de manière significative, les proies potentielles auxquelles les arnaqueurs peuvent s’attaquer.

En second lieu, la chute des marchés (entre 30 et 40% depuis la mi-février 2020) conduit de nombreux épargnants à imaginer qu’après une  telle chute , il y aura nécessairement un rebond, et donc, de belles plus-values à la clé pour ceux qui auront investi en bas du cycle.

Ces épargnants, en général novices sont donc naturellement des proies faciles pour des personnes mal intentionnées.

Dans ce contexte de crise, le gouvernement rappelle, via son portail économie.gouv.fr que « Depuis l’apparition des premiers cas de Coronavirus, les arnaques de la part de sociétés et d’individus malveillants se multiplient »[2].

Outre les mises en garde concernant les vaccins, médicaments, et attestations de sortie, le gouvernement rappelle également « qu’il faut rester vigilant face aux offres d’investissements financiers. Ces offres peuvent revêtir dans le contexte actuel différentes formes : placements dans des valeurs dites « refuges » (or, métaux précieux, vin…) ou investissements avantageux dans des entreprises supposées générer des profits pendant l’épidémie de Coronavirus ».

En conclusion, il est recommandé au public, avant de réaliser toute opération, de vérifier la fiabilité des différents sites et/ou sociétés d’investissement en consultant leur agrément sur les sites de l’AMF et de l’ACPR. L’AMF a par ailleurs établi une liste des sociétés ayant reçu une mise en garde ou ayant usurpé l’identité d’acteurs régulés[3].

Outre la souscription à des produits souvent fictifs engageant une perte en capital pour l’investisseur, les fraudeurs cherchent également, à travers ces processus malveillants à collecter les données personnelles et bancaires des individus, ce qui leur permettra, par la suite, d’effectuer diverses fraudes.

[1] https://www.amf-france.org/fr/actualites-publications/communiques/communiques-de-lamf/lamf-et-lacpr-mettent-en-garde-le-public-contre-les-risques-darnaques-dans-le-contexte-de-lepidemie

[2] https://www.economie.gouv.fr/dgccrf/arnaques-liees-au-coronavirus

[3] https://www.amf-france.org/fr/espace-epargnants/proteger-son-epargne/listes-noires-et-mises-en-garde.