Gestion RH : Le casse-tête des congés payés – Entreprises & Carrières, 12/07/2021

 

La fin de l’état d’urgence et la reprise de l’activité font craindre des tensions entre employeurs et salariés. Les premiers, en exigeant de leurs salariés qu’ils soient présents dans l’entreprise pour faire face à la reprise, les seconds, en posant des congés après des semaines de confinement et de restrictions de déplacement.

Pas de nuages en vue sur l’été 2021. « La fixation des congés payés se passe plutôt bien. Il peut y avoir des frictions, mais la fixation des jours de congé est, en général, consensuelle », estime déclare Laëtitia Ternisien, avocate au sein du cabinet Jeantet. Et ce, même avec la loi n° 2021-689 du 31 mai relative à la gestion de la sortie de crise sanitaire qui prévoit l’instauration d’une période transitoire allant du 2 juin au 30 septembre 2021, pendant laquelle l’application de certaines mesures d’urgence notamment en matière de congés payés est maintenue. Sous réserve d’un accord d’entreprise ou de branche, l’employeur peut, en effet, de manière exceptionnelle imposer la prise de congés payés ou modifier les dates d’un congé déjà posé, dans la limite de huit jours ouvrables (au lieu de six jours), en respectant un préavis d’au moins un jour franc (au lieu d’un mois ou du délai prévu par un accord collectif). « Je n’imagine pas un employeur modifier les jours de congé posés par un salarié, même si l’entreprise doit faire face à une commande importante. Non seulement la reprise a été anticipée, mais ce serait très compliqué, sur le plan humain, de refuser ou modifier des congés. Les employés présentent une grande fatigue morale et une lassitude à la suite des contraintes imposées par la crise sanitaire », ajoute l’avocate spécialisée en droit du travail.

[…]

lien vers le site

Nos derniers médias

Bercy donne le ‘la’ sur le contrôle des investissements étrangers – L’Agefi, 12/09/2022, citation de Vincent Netter

En publiant pour la première fois des lignes directrices, le Trésor vient rassurer les investisseurs et pourrait inspirer les autres autorités européennes. Extrait « Nous attendions depuis longtemps ce document et nous nous félicitons de la consultation publique ouverte par la Direction générale du Trésor, à laquelle nous avons participé au printemps dernier, et, plus largement, […]

Paris | FUSIONS – ACQUISITIONS

+

L’OPA sur April pousse l’AMF à préciser la notion d’action de concert – L’Agefi Quotidien, 07/06/2022. Citation de Frank Martin-Laprade

Y a-t-il action de concert quand plusieurs sociétés du même groupe réalisent des achats de titres en période d’offre ? Vendredi dernier, la commission des sanctions de l’AMF s’est penchée sur les achats de titres de plusieurs structures du groupe Burrus lors de l’OPA de CVC sur l’assureur April en juillet 2019. Bruno de Roulhac […]

Paris | BANQUE – FINANCE – REGULATORY | CONTENTIEUX BOURSIER

+

Vie des affaires en Ukraine : suspension, mais pas destruction, Interview de Bertrand Barrier – LJA Magazine, mai 2022

Bertrand Barrier, associé du cabinet Jeantet et président de la chambre de commerce franco-ukrainienne, en poste à Kiev, a été rapatrié à Paris fin février 2022, lorsque l’armée russe a envahi l’Ukraine. Il raconte où en était le système juridique ukrainien au moment de l’invasion, quelles étaient alors les problématiques saillantes et fait le point […]

Kyiv

+

Devenue stratégique, la RSE muscle son volet juridique – Les Echos, 19/05/2022. Citation de Philippe Portier

En matière de responsabilité sociale d’entreprise, le paradigme est en train de changer, à en croire un projet de directive de la Commission européenne du 23 février 2022, et de passer d’une logique de « soft law » à du « droit dur ». Philippe Portier revient sur la loi vigilance dans cet article de […]

Paris | DROIT DES SOCIÉTÉS ET GOUVERNANCE D’ENTREPRISE

+

Indépendants : les nouvelles règles de séparation du patrimoine – les Echos, 09/03/2022

En mai, le statut unique d’entreprise individuelle, qui dissocie les patrimoines personnel et professionnel, va entrer en vigueur. Celui-ci permettra de mieux protéger les biens privés, en cas de défaillance. La loi prévoit toutefois deux exceptions. Explications de Jacques-Henry de Bourmont & Laetitia Ternisien, associés.

Paris | FISCALITÉ PATRIMONIALE

+