menu
retour

Médias

Quitter son job pour créer sa boîte… Trois dispositifs pour réduire les risques – Les Echos Entrepreneurs, 16/11/2021

Nicolas Mancret

Le salarié qui entreprend et souhaite conserver des droits au chômage a le choix entre la rupture conventionnelle et la démission avec projet. Troisième solution : le congé pour création d’entreprise qui lui permet de retrouver son poste en cas d’échec. Focus sur les avantages et les inconvénients de chaque dispositif.

Vous rêvez de quitter le salariat pour devenir votre propre patron ? Avant de démarrer une nouvelle vie d’entrepreneur, il vous faudra d’abord quitter votre poste dans les meilleures conditions.

Deux modes de rupture de contrat s’ouvrent à vous : la rupture conventionnelle et la démission pour projet. Toutes deux vous permettront d’ouvrir des droits au chômage. Troisième solution : le congé pour création d’entreprise. Dans ce dernier cas, vous pouvez retrouver votre poste.

#1. La rupture conventionnelle

Gros avantage de la rupture conventionnelle  : le salarié part avec une indemnisation au moins égale au montant de l’indemnité conventionnelle de licenciement. Ensuite, il bénéficie de l’ allocation d’aide au retour à l’emploi (ARE). « En fonction du niveau de salaire, il percevra au moins une allocation de 29,68 euros par jour, explique Nicolas Mancret, avocat spécialiste du droit social au sein du cabinet Jeantet.

Pour les très gros salaires, le salaire journalier de référence peut monter jusqu’à 256 euros par jour. Mais depuis la dernière réforme de l’assurance chômage, une dégressivité s’applique sur ces allocations élevées : 30 % pour les allocataires âgés de moins de 57 ans à partir du 183e jour d’indemnisation. L’ARE tombe alors en dessous d’un seuil de 84 euros de référence par jour.

[…] lien vers le site